GRAND DOSSIER

LE VENT DE L?ENTREPRENEURIAT TECHNOLOGIQUE SOUFFLE SUR POLYTECHNIQUE !

DESSINE-MOI UN ENTREPRENEUR TECHNOLOGIQUE

peut-on dresser un portrait-robot de l?entrepreneur technologique voué au succès ? pas vraiment, s?accordent à dire les deux spécialistes du capital de risque que nous avons consultés, stéphane pilette, po 91, génie mécanique, vice-président du réseau anges québec, et martin duchaine, po 95, génie mécanique, président de défi montréal - capital innovation. selon eux, il existe toutefois des caractéristiques qui favorisent le succès à long terme et qui plaisent aux investisseurs. SES COMPÉTENCES PRIMENT SUR SON PROJET « C?est l?entrepreneur qui fait le bon projet d?entreprise. Les investisseurs misent avant tout sur la personne. » - S. P. C?EST UN MENEUR « La capacité à mobiliser des gens autour de son projet, en particulier, à former une équipe multidisciplinaire, est essentielle. » - M. D. « Aucun entrepreneur ne sait tout faire. Il doit savoir s?entourer de personnes qui ont des compétences complémentaires aux siennes. » - S. P. IL DÉVELOPPE SON ENTREPRISE ICI « Avec la concentration de talents et parlent surtout de leur produit, pas de sa commercialisation. Alors que les trois questions essentielles sont : le produit va-t-il se vendre ? Comment allez-vous le vendre? Avez-vous la bonne équipe pour le vendre ? » - S. P. MARTIN DUCHAINE, PO 95, GÉNIE MÉCANIQUE, PRÉSIDENT DE DÉFI MONTRÉAL - CAPITAL INNOVATION STÉPHANE PILETTE, PO 91, GÉNIE MÉCANIQUE, VICE-PRÉSIDENT DU RÉSEAU ANGES QUÉBEC IL EST PASSIONNÉ « Les entrepreneurs qui réussissent ne sortent pas d?un moule. Depuis 17 ans que j?évolue dans le milieu du capital-risque, j?ai vu toutes sortes de personnalités réussir. Leur point commun, c?est d?abord la passion. » - Martin Duchaine « Un vrai entrepreneur s?implique à 100 % dans son projet. Les investisseurs ne sont pas rassurés si le président de l?entreprise développe celle-ci en marge de son activité principale. » - Stéphane Pilette d?expériences diversifiées existant à Montréal, ainsi que le nombre de ressources, on est dans un environnement privilégié pour créer des entreprises technologiques. » - S. P. « Le Québec a surtout un écosystème de PME. C?était son talon d?Achille dans l?économie traditionnelle, cela devient son atout avec la révolution technologique. » - M. D. SON PRODUIT OU SERVICE RÉPOND À UN BESOIN DU MARCHÉ « Ça peut ne pas plaire aux ingénieurs, mais la vente est plus importante que la technologie. Les investisseurs visent des rendements les plus élevés possible, le marché doit être rentable. Quatre-vingts pour cent des entrepreneurs débutants qui sollicitent des investisseurs leur IL SE BRANCHE SUR LES RÉSEAUX D?AFFAIRES ET DE COMPÉTENCES « Moins de 10 % des entreprises technologiques passent le cap de la cinquième année, sauf lorsqu?elles se développent au sein de réseaux d?affaires et de savoir adaptés. Le taux dépasse alors 50 %. » - M. D. « Il faut aller à la rencontre de son marché, profiter de l?expérience des autres entrepreneurs et des expertises universitaires. En restant en vase clos, on ne va pas loin. » - S. P. IL EST RÉSILIENT « On est plus aguerri après un échec. Les investisseurs aiment les entrepreneurs en série ! » - M. D. « L?échec, c?est une occasion d?apprendre. Il y a toujours une vie après l?échec ! » - S. P. / 8 POLY / DÉCEMBRE 2016 / Volume 13 / Numéro 4

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center