GRAND DOSSIER

La santé à l?ère du big data : SERONS-NOUS SOIGNÉS PAR DES ALGORITHMES ? L?aspect réglementaire et sécuritaire demeure néanmoins important et l?autorisation de collecter ces données médicales exige une procédure rigoureuse. « Les données, bien entendu, sont toujours anonymes », précise le chercheur, dont l?équipe a établi des collaborations avec des radiologues et des chercheurs du Centre hospitalier de l?Université de Montréal, ainsi qu?avec d?autres équipes de recherche de l?Université de Sherbrooke, de l?École Nationale Supérieure de Cachan et de l?École Polytechnique de Paris, pour valoriser ses projets et faire les preuves de concept. Sur le plan technologique, le projet bénéficie matériau nécessaire pour faire de l?analyse prédictive. » « Certes, admet-il, les patients seraient aujourd?hui encore réticents à faire davantage confiance à une machine qu?à leur médecin pour prédire leurs risques de maladie ou pour déterminer un traitement. Pourtant, le médecin se base lui aussi sur des statistiques pour faire le choix du traitement. Avec des systèmes intelligents recueillant des données chez chaque patient, d?ici dix ans, on serait en mesure de savoir quelles données sont significatives et de prédire les risques courus par le patient. On pourrait notamment adapter variables pour chacun d?eux. » Endiguer les crises sanitaires grâce aux données Le big data peut devenir un outil de lutte contre les épidémies. Comme le rapporte Nathalie de Marcellis-Warin, professeure au Département de MAGI et membre du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations sur les risques émergents et les problèmes liés à la prise de décision (CIRA- NO), les données massives fournissent aux autorités sanitaires des informations en temps réel qui leur permettent de dresser un « bilan de santé » de différentes parties du monde. de la performance sans cesse grandissante des cartes graphiques due au succès de l?industrie des jeux vidéo. « Nous utilisons en effet ce type de cartes graphiques. Pour stocker les données, nous faisons appel à l?informatique en nuage. Notre technologie est par conséquent relativement peu coûteuse, un avantage pour ses perspectives de déploiement », conclut Christopher Pal. Approche statistique pour données génétiques « On pourrait bientôt se passer de médecins », affirme, un brin provocateur, Vahid Partovi Nia, professeur au Département de MAGI et membre du Groupe d?études et de recherche en analyse des décisions. « Puisqu?on est en mesure de recueillir de plus en plus de données par individu et que de plus en plus d?individus fournissent des données, on a le le traitement au génome propre à chaque patient », prévoit cet expert en biostatistique. Un des freins à cette médecine préventive, c?est la difficulté de mesurer l?influence des facteurs génétiques dans des maladies complexes et multifactorielles telles que le cancer. Un défi d?autant plus aigu que les quantités de variables observées sont en constante augmentation grâce aux avancées technologiques. Ainsi, pour un individu, on compte aujourd?hui des millions de données génétiques. « La démarche d?un ingénieur face à cette complexité est de regrouper les variables pour en tirer des informations significatives, mentionne le P r Partovi Nia. Les solutions pour l?analyse prédictive résident dans le développement de modèles mathématiques qui peuvent tenir compte de la diversité des données concernant les classes d?individus et les « Actuellement, il se développe des outils d?analyse massive d?informations sanitaires provenant de médias sociaux, de publications d?organismes divers, d?informations officielles locales, de compagnies aériennes, entre autres. Ces outils permettent d?identifier des foyers de maladie, d?observer l?apparition d?épidémies et de suivre en temps réel leur propagation. Ce sont des outils particulièrement précieux qui peuvent aider l?Organisation mondiale de la santé à lancer des alertes et à contrôler des crises sanitaires », constate M me de Marcellis-Warin, qui travaille sur les risques émergents et les problèmes liés à la prise de décision. La firme Google, par exemple, propose des outils de veille sanitaire tels que Google Flu Trends, qui suit l?évolution de la grippe en temps réel dans le monde entier. De son côté, 10 POLY / ÉTÉ 2015 / Volume 12 / Numéro 2

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center