et prendre des photos en même temps. Pour libérer l?opérateur, David Saussié travaille sur des systèmes de contrôle plus sophistiqués, de manière à améliorer les performances et la robustesse des lois de commande face aux incertitudes. Pour cela, il faut des algorithmes plus performants. « Pour ajuster ces algorithmes, il faut analyser les systèmes concernés sous un angle mathématique, en particulier les modéliser et les simuler. On n?a pas tout le temps le loisir d?utiliser de vrais avions ou de vrais drones, n?est-ce pas ? » David Saussié est en train de monter le Laboratoire de robotique mobile et des systèmes autonomes. Son objectif : développer l?autonomie des systèmes automatisés, en particulier ceux capables d?évoluer dans des environnements partagés avec des humains. Il est coresponsable de ce laboratoire avec les P rs Richard Gourdeau, spécialiste des commandes appliquées à la robotique et l?automation, et Jérôme Le Ny. Les systèmes intelligents aiguisent leurs sens Avant de se joindre au Département de génie électrique à Polytechnique, le P r Jérôme Le Ny était chercheur postdoctorant en robotique et en systèmes embarqués à l?Université de Pennsylvanie. Auparavant, il avait réalisé son doctorat au MIT, en génie aérospatial. Ses recherches portent sur la théorie de la commande avec des applications destinées aux systèmes autonomes et à la robotique, aux systèmes de commande complexes, embarqués et distribués, et au transport aérien. Et bien sûr, à la technologie et à l?utilisation des drones. Jérôme Le Ny définit son travail de la façon suivante : « Je veux développer des systèmes automatiques capables de percevoir et d?analyser les environnements dans lesquels ils évoluent, de telle sorte qu?ils puissent prendre des décisions intelligentes en temps réel. » Le défi est de produire des systèmes automatiques robustes, adaptables à des conditions de vol en constant changement, qui pourront assurer la sécurité des appareils en tout temps. Pour y parvenir, il faut une instrumentation de plus en plus sophistiquée, grâce à la multiplication de capteurs spécialisés qui permettront aux drones de voir où ils se trouvent dans l?espace et d?analyser dans quel environnement ils évoluent. Dans ce domaine, tout revient à la qualité et à la pertinence de la prise de décision. « C?est le principe de la robotique mobile, dit le P r Le Ny. Avec un drone, ou encore une voiture autonome, tout revient à la prise de décision. Dans les deux cas, il n?y a pas de pilote, donc la décision doit se prendre de manière automatique. » Il ajoute : « Voilà pourquoi il faut monter plus haut dans la hiérarchie des algorithmes. C?est la seule manière de pousser l?autonomie des plateformes. Par exemple, nous concevons des algorithmes qui permettraient à des groupes de robots mobiles d?effectuer des missions critiques, de manière sûre, en coopérant entre eux et avec les opérateurs humains. » Ainsi, un seul opérateur pourrait gérer l?utilisation d?une flotte de drones, chacun faisant agissant individuellement, alors que l?humain n?aurait à intervenir PRINTEMPS 2016 / Volume 13 / Numéro 2 / POLY 7

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center