GRAND DOSSIER

POLYTECHNIQUE DONNE DES AILES AUX PROJETS DE L?INDUSTRIE AÉROSPATIALE

qu?en cas de difficultés. Ces flottes serviraient à surveiller les récoltes, ou les forêts en cas de canicule, ou encore à livrer un exemplaire du magazine Poly à domicile, un peu comme espère le faire l?entreprise américaine Amazon avec ses produits. serait dans la pratique un hélicoptère sans pilote. Il en a tout à fait le style ! Ce drone n?est pas petit. Avec ses 300 kg, ce nouvel appareil, baptisé LX300, deviendrait l?un des plus gros drones à vocation civile à être commercialisé à l?échelle mondiale. L?échéancier, d?une durée de deux ans et demi, se conclura par des vols de démonstration en 2017. Ce projet, s?il parvient à terme, porte en lui des applications multiples : un drone-hélicoptère sans pilote et qui peut transporter une charge utile de près de 100 kg pourrait faire des merveilles dans des domaines aussi différents que la prospection minière, la surveillance du territoire, Enrick Laflamme (au centre) et son équipe de Laflamme Ingénierie De fait, les recherches de Jérôme Le Ny et de David Saussié seront utiles pour tout ce qui se déplace sur terre ou dans les airs. C?est pour cette raison qu?Enrick Laflamme les a approchés. Drone-hélicoptère sans pilote pour rendre des services civils Chez Laflamme Ingénierie, on fabrique de tout. Basé à Saint-Joseph-de- Coleraine, dans la région de Thetford, au Québec, ce concepteur d?outillages et d?équipements faits sur mesure pour l?industrie aéronautique a aussi développé une expertise dans le domaine des hélicoptères, avec son LAF-01. C?est de là qu?est venue à son président, Enrick Laflamme, l?idée d?un drone qui Les autres partenaires impliqués dans ce projet sont NGC Aérospatiale, Roy Aéronef, Avionique Simulation, et Sinters America. Ils s?occupent respectivement du système de guidage, navigation et commande de l?appareil, du simulateur haute-définition et d?un ordinateur embarqué spécialisé. À ce groupe d?entreprises s?ajoutent l?École de technologie supérieure et Polytechnique Montréal, et plus particulièrement l?équipe de David Saussié. « Son apport est d?une importance fondamentale pour le contrôle des lois de commandes simples et efficaces », déclare Enrick Laflamme. la recherche et le sauvetage. Et Enrick Laflamme envisage d?autres utilisations surprenantes. « Avec des capteurs spécifiques, on pourrait cartographier des vignobles pour identifier des problèmes d?insectes, par exemple, et planifier des épandages de pesticide localisés, toujours avec le même drone. » Budget : 2,3 M$, dont une partie provient du CARIC, le Consortium en aérospatiale pour la recherche et l?innovation au Canada. De l?idée au succès commercial : un processus soutenu par le CRIAQ et le CARIC Lorsqu?on se penche sur les chiffres, on se rend compte de l?importance stratégique de l?aéronautique et de l?aérospatiale au Canada, et particulièrement au Québec. « Plus de 70 % de la recherche et du développement en aéronautique et en aérospatiale au Canada se fait dans la grande région de Montréal », précise Denis Faubert, présidentdirecteur général du Consortium de recherche et d?innovation en aérospatiale au Québec, le CRIAQ, et de son volet 8 POLY / PRINTEMPS 2016 / Volume 13 / Numéro 2

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center