GRAND DOSSIER

RÉFLEXIONS SUR L?INFORMATION OUVERTE L?un des enjeux principaux est lié aux pratiques commerciales des revues scientifiques, qui compromettent l?accès à l?information pour certains publics. Les tarifs d?abonnement, souvent exorbitants, augmentent bien plus rapidement que l?inflation, ce qui représente de lourds frais pour les bibliothèques universitaires. Celles-ci peuvent se voir contraintes de limiter le nombre de leurs abonnements, privant ainsi leurs abonnés de l?accès aux articles publiés par ces revues. Le P r Larivière considère aussi que la hiérarchie entre les revues savantes, associée au fameux diktat « publier ou périr » subi par les chercheurs, a des effets négatifs. Ceux-ci sont en effet de plus en plus évalués selon le nombre d?articles publiés et selon le classement des revues dans lesquelles ils publient. Ce qui les pousse à publier le plus d?articles possible, avec le risque de négliger leur qualité scientifique. de 2011 étaient en accès disponible deux ans après leur publication . L?un des freins serait la croyance erronée que les éditeurs refusent le libre accès. Pourtant, près des trois quarts des éditeurs permettent aux chercheurs d?autoarchiver les versions soumises ou acceptées de leurs articles. Certains éditeurs ont toutefois quelque peu perverti le principe du libre accès en exigeant des chercheurs des frais pouvant atteindre jusqu?à 3000 $ pour publier l?article en accès libre sur le site web de la revue. « La meilleure solution, c?est que les chercheurs rendent eux-mêmes accessibles gratuitement une version de leurs articles validée par les pairs, en l?archivant sur Internet, ce P R VINCENT LARIVIÈRE, ÉCOLE DE BIBLIOTHÉCONOMIE ET DES SCIENCES DE L?INFORMATION DE L?UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

« Nos travaux ont montré que les chercheurs qui donnent un libre accès à leurs résultats sont davantage cités. »

P R VINCENT LARIVIÈRE « Dans le monde universitaire, il est de coutume d?associer l?impact d?un article scientifique au niveau de prestige de la revue dans laquelle il est publié. Mais des travaux menés au sein de ma chaire ont montré que cela n?est plus forcément vrai. Au contraire, une proportion de plus en faible des travaux les plus cités sont publiés dans les grandes revues », déclare-t-il. Ses travaux ont, par exemple, montré que les prestigieuses Nature et Science, qui publiaient respectivement 2,4 % et 1,7 % des articles parmi les 5 % les plus cités en 1985, ont vu ces pourcentages chuter respectivement à 1,2 % et à 1,1 % en 2010*. L?hégémonie des grandes revues scientifiques serait-elle en train de vaciller ? « Il est certain qu?elles ne disparaîtront pas, car elles jouent un rôle important en ce qui concerne la vérification par les pairs, mais elles vivent un déclin », estime M. Larivière. C?est l?occasion de reconsidérer les modèles de publication et d?évaluer les avantages de la mise en libre accès des articles scientifiques. « Nos travaux ont montré que les chercheurs qui donnent un libre accès à leurs résultats sont davantage cités », rapporte M. Larivière. Force est de constater que peu de chercheurs le font. Par exemple, moins de 50 % des articles que les trois quarts des éditeurs permettent. Quelques chercheurs le font déjà, mais pour que la pratique se généralise, il faut une prise de conscience globale du milieu universitaire. À cet égard, l?Université de Liège en Belgique a eu l?idée de prendre en compte dans l?évaluation de ses chercheurs le dépôt de leurs articles en libre accès sur Internet. Et c?est efficace : la vaste majorité des articles des professeurs de l?Université de Liège est dorénavant archivée dans le dépôt institutionnel. » Généraliser la pratique de l?accès libre, c?est accroître la transparence des travaux et des méthodologies de recherche et c?est favoriser les collaborations scientifiques. De plus, c?est démocratiser l?accès à ces informations à un public élargi. 10 POLY / PRINTEMPS 2014 / Volume 11 / Numéro 2

Vous devez télécharger Flash Player


Vous devez télécharger au minimum la version de Flash Player 9

Cliquez ici

Adobe Flash Player Download Center